Le Club Golf

22 octobre 2021

  • Golf de l'Ile d'Or Nantes

  • Golf La Cabre d'Or

  • Mérignies Golf

Ces couples qui dirigent les golfs

les couples dans le golf

Cette semaine, LeClub Golf et Golf Planète vous emmènent à la rencontre de ces couples qui dirigent des golfs : aujourd’hui balade à Mérignies, Aix, Nantes et Bourges

Quoi de mieux, et en même temps de plus exigeant, pour un couple amoureux et passionné de golf que de diriger un golf ?

Voici une première série de portraits d’hommes et de femmes, amoureux, fous de golf, qui ont fait le choix de vivre ensemble leur passion, 24 heures sur 24, 365 jours par an, à la tête d’un club français.

Ils dirigent tous un golf affiliés à LeClub Golf : Golf Planète les a rencontrés pour qu’ils nous racontent leur histoire et leurs quotidiens, leur joies et leurs contraintes, leurs parts de responsabilités dans leur projet commun, leurs espoirs et leurs envies…


Emmanuel et Béatrice : Mérignies est une histoire familiale depuis 2007


Pour ce premier portrait de couples golf, direction le Nord de la France et Mérignies où Emmanuel et Béatrice Gaulier, propriétaires et directeurs, animent avec beaucoup de dynamisme ce golf de 27 trous, imaginé par Michel Gayon, construit sur du sable et entièrement drainé. Les green-fees commencent à 42 euros. Le golf de Mérignies est une histoire de famille ; il a ouvert en 2008 et compte aujourd’hui plus de 500 membres. Son tracé et son entretien, son ambiance et sa localisation en sont ses points forts. Emmanuel et Béatrice qui foisonnent de projets (un hôtel sur place, encore 9 trous etc…) nous ont raconté leur vie.

Emmanuel et Béatrice du golf de Mérignies

Quelle est votre histoire avec le golf ? Êtes-vous vous connus grâce au golf ?

Béatrice : Nous nous sommes connus pendant nos études, donc bien avant de rencontrer le monde du golf. C’est plutôt la famille qui nous a amenés au golf que l’inverse.

Emmanuel : J’ai travaillé dans l’industrie jusqu’en 2007. Dans le nucléaire, puis les matériaux de construction et enfin dans le Groupe Bel (Vache Qui Rit…).
Les travaux de Mérignies Golf ont débuté en 2006 et face à l’opportunité de gérer le golf et après mûre réflexion en famille, j’ai décidé de sauter le pas. C’est en effet une affaire de famille puisque c’est mon beau-père, Philippe Vanbremeersch, qui a lancé l’idée de transformer la ferme familiale en domaine golfique (parcours de golf, restaurant, promotion immobilière). J’ai donc rejoint l’équipe en 2007 un an avant l’ouverture de Mérignies Golf.

Béatrice : Emmanuel s’est mis au golf à ce moment-là, et moi un peu plus tard.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Était-ce une évidence ?

Emmanuel : Je suis Lorrain et je suis venu faire des études d’ingénieur Arts et Métiers à l’ICAM à Lille. C’est là, au sein de la même promotion que j’ai rencontré Béatrice !  Nous sommes donc ingénieurs tous les deux.

Béatrice : Au début nous sommes revenus dans la région pour qu’Emmanuel devienne directeur du golf. Je ne pensais pas intégrer l’entreprise, mais quand j’ai cherché à retravailler, il s’est avéré que des compétences internes en communication et marketing seraient un plus. J’ai donc rejoint… mon mari, mais aussi mon père et mon frère. Travailler en couple requiert de la réflexion avant de s’engager. Cela demande de la communication et de respecter la zone d’action et de fonction de l’autre mais comme il y a beaucoup à faire, on ne se marche pas vraiment sur les pieds.

Quelles sont vos responsabilités respectives ?

Béatrice : Je gère toute la com du golf et du restaurant (brochures, site internet, réseaux sociaux, mailings, newsletter, signalétique…) et la pub mais aussi les Tours Opérateurs belges et anglais, les partenaires, l’environnement, et beaucoup de projets réguliers ou ponctuels (comme le formidable Open de France Paragolf accueilli en septembre dernier). J’ai aussi un pied à l' »extérieur », à travers des réseaux, et la FFGolf où je pilote modestement un groupe de travail pour la Transition Écologique.

Emmanuel : Je gère personnellement toute l’exploitation golf, séminaires  et restauration.

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Emmanuel : Nous avons l’habitude de gérer les deux puisque nous le faisions déjà à Lille, en tant qu’étudiants ! Il faut savoir mettre une frontière entre la maison et le club house. Et savoir à la fois se dire les choses et se respecter, quoi qu’il arrive. La vraie vie de tous les couples, quoi ! Dans 99 % des cas tout se passe très bien et si besoin, nous mettons les choses au clair ! 

Béatrice : Je fais une partie du boulot en télétravail à la maison et au début, j’avais tendance à assiéger Emmanuel de questions quand il rentrait. Maintenant, je lui écris un mail qu’il lira quand il le voudra… même s’il est à 2 mètres de moi !
Pour moi le golf est un projet parmi d’autres (éducation des enfants, voyages, engagements associatifs…) et il paraît que les couples ont besoin de projets communs pour durer, ça tombe bien !

Que préfère t-il (ou elle) dans le golf ? dans la vie ?

Emmanuel : Béatrice aime bien animer les girl’s et jouer entre filles. Elle est très intelligente et cela se voit à la fois à la maison et au travail. Elle fourmille d’idées et va très loin dans leur mise en œuvre.  Elle aime à la fois les concepts mais elle est très pragmatique dans leur mise en place. 

Béatrice : Emmanuel aime jouer au golf. Il apprécie de progresser (au rythme que le peu de temps alloué à l’entraînement lui permet) et profiter de compétitions pour rencontrer des golfeurs variés. Il aime le contact humain et s’investir dans des projets. Il est curieux des nouveautés scientifiques et de l’actualité et soucieux de l’environnement. Il est très diplomate et peut passer beaucoup de temps pour arrondir les angles ou rétablir une communication délicate. Quand il y a une situation sensible, au golf ou en privé, je lui dis « Vas-y, passe devant ! ».

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ? Pourquoi ?

Emmanuel : Mérignies Golf a pour le moment 3 parcours 9 trous combinables 2 à 2. Et d’ici 3 ans aura un 4ème parcours.  Les parcours sont artificiellement vallonnés car le terrain est à l’origine très plat. Il y a un peu d’eau, peu d’arbres sur le parcours Rupilly car Michel Gayon l’a conçu comme la réplique d’un links. Il est très agréable à jouer mais il est challenging. Nous respectons la biodiversité et les roughs ne sont donc fauchés qu’en 2ème partie de saison. 

Béatrice : J’aime son côté calme et sauvage, avec une belle vue sur la campagne, surtout sur Rupilly. Oui, il est challenging, mais comme ses fairways sont larges et que nous proposons des départs avancés, il est abordable par tous, et intéressant pour tous niveaux de jeu, c’est sa force. Depuis l’ouverture, nous avons voulu un golf de qualité optimale, mais ouvert à tous dans une ambiance familiale et chaleureuse. D’après les retours que nous avons, pour l’instant nous tenons ce cap plutôt avec succès.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

Emmanuel : Ne se faire aucun commentaire golfique l’un à l’autre. À part féliciter son conjoint !  Chacun à son propre jeu et c’est très bien.  Jouer de temps en temps ensemble (pendant les vacances par exemple) mais ne pas hésiter à varier ses partenaires de jeu.

Béatrice : Tout à fait d’accord (ouf !). Et pour travailler ensemble : toujours communication et respect ! L’aventure à deux écrit un beau livres de souvenirs communs.


Yanick et Christine : la création de La Cabre d’Or nous a réunis


Direction sud à la rencontre de ce deuxième portrait qui nous mène à la Cabre d’Or dans un décor incroyable au-dessus de la plaine d’Aix. La nature y est majestueuse : le massif de la Sainte-Victoire à l’ouest, le Lubéron au nord et le Pilon du Roi au sud servent de décor à ce golf magnifique. Yanick et Christine Jacquet le dirigent depuis sa création en 2008 (architecte Hugues Lambert).

Yanick nous a confié comment ils gèrent vie professionnelle et personnelle.

Christine et Yanick de la Cabre d’Or

Quelle est votre histoire avec le golf ?

Christine et moi sommes en couple depuis plus de 20 ans. Nous nous sommes rencontrés dans un contexte très éloigné du golf. Ce sport est intervenu dans notre vie bien plus tard, en 2005, quand le projet d’ouverture d’un nouveau parcours dans les Bouches-du-Rhône nous a été présenté par un membre de notre famille, qui n’est autre que le frère de Christine, Philippe, passionné de golf, très bon joueur et associé dans cette aventure depuis le début.

Le lancement de notre golf a suivi 3 étapes: sa construction, évidemment, avec le practice et sa zone d’entrainement en priorité, permettant d’ouvrir en 2006 et de faire connaître le lieu du futur 18 trous, avec Christine aux commandes pour accueillir les premiers clients.
Puis, en juillet 2008, l’ouverture des 9 premiers trous, date qui correspond à mon entrée dans la structure en tant qu’associé, et en novembre de la même année, les 9 autres trous.

À l’issue des 2 ans « probatoires » à la gestion de cette zone de practice, le propriétaire du golf nous a donné toute sa confiance pour l’exploitation complète du golf : la grande aventure dure aujourd’hui depuis plus de 13 ans, avec beaucoup d’expériences acquises au fil des années, des moments de questionnements, de projections et beaucoup de satisfactions des résultats obtenus et des perspectives à venir.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ?

Nous sommes complémentaires dans nos tempéraments et notre façon d’appréhender le sport, le loisir et le commerce. Christine a la rigueur et le sérieux d’une bonne gestionnaire et moi, j’essaie d’apporter mon vécu commercial au service de notre activité.

Quelles sont vos responsabilités respectives ?

Christine s’occupe de l’accueil et de la partie ressources humaines
Je m’occupe de la partie commerciale, administrative et financière

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Nous avons aménagé nos horaires et nos jours de présence pour préserver une vie familiale équilibrée, nous permettant d’être présents pour notre fille. Par exemple, le mercredi est un jour off en commun, un jour que nous consacrons à notre « bulle » à 3.

Que préfère-t-il (ou elle) dans le golf ?

Pour Yanick, le golf est son sport préféré qui lui permet de concilier vie professionnelle et passion.
Pour Christine, le golf est son « bébé » dont elle a la gérance depuis plus de 10 ans

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

Golf provençal ouvert en 2008 avec des points de vue magnifiques sur la Sainte Victoire et le pilon du Roy.
Les trous préférés des joueurs sont le 10, le 13 et le 17 pour leurs points de vue, leurs dessins et leurs défis techniques.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

Il faut que ce soit un véritable projet de vie, pas seulement un projet professionnel car les contraintes de temps sont nombreuses et les week-ends souvent occupés.
La notion de « travail passion » dans le golf prend tout son sens car notre structure est ouverte 364 jours sur 365, 7 jours sur 7, sans interruption de 8h00 à 18h00, voire 19h00 !


Franck et Hélène : Nantes l’Ile d’Or est une pépite !

Prochain étape : Nantes et le golf de l’Ile d’Or que dirigent Franck et Hélène Mora quand elle ne participe pas à un tournoi amateur et qu’il ne donne pas de cours comme pro. Le golf a été créé en 1988 sur une des merveilleuses îles de la Loire de la commune du Cellier. Au milieu de frênes centenaires, Michel Gayon a dessiné un parcours jouable toute l’année grâce à son sol sablonneux. Après avoir passé le pont de bois, accès par La Varenne, le Golf Ile d’Or, offre 2 parcours, dans un cadre unique, un 18 trous par 72 de 6 292 mètres et un compact 9 trous par 27 de 1 217 mètres.

Hélène et Franck nous ont parlé de leur vie au service d’une passion : le golf.

Hélène et Franck de Nantes Ile d’Or

Quelle est votre histoire avec le golf ? Vous êtes-vous connus grâce au golf ?

Franck : J’ai débuté avec mon père au golf de Bordeaux-Lac à 13 ans, puis passé mon diplôme dès l’âge de 18 ans. J’ai enseigné à Marcilly pendant près de 20 ans avant d’arriver en 2013 à l’Ile d’Or.
Hélène : j’ai découvert le monde du golf en rencontrant mon futur mari : il m’a fait taper au practice de Lacanau, dès nos premiers rendez-vous ! Après quelques années dans l’hôtellerie, Franck m’a motivée pour intégrer son monde en créant le pro-Shop sur le golf de Marcilly en

1999, superbe challenge : partir de zéro et petit à petit, se créer une vraie clientèle à la recherche de produits spécifiques et de services permanents.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Était-ce une évidence ?

Franck : c’est à Marcilly que nous avons rencontré Michel CARDIN, qui nous propose cette nouvelle aventure, investir à ses côtés dans l’achat d’un golf. Le projet a mis plus de 2 ans à voir le jour et ne pouvait se réaliser qu’en utilisant nos forces et nos talents, quand nous avons découvert l’Ile d’Or, nous avons saisi cette opportunité, une pépite qui nous semblait avoir un potentiel extraordinaire.

Quelles sont vos responsabilités respectives ?

Nous sommes tous les deux très bien entourés par une équipe professionnelle et stable et en résumé Hélène c’est le club-house, l’accueil, la commercialisation, la direction et Franck c’est le sport, l’enseignement et le parcours.

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Nos enfants jouent et aiment le golf. On parle golf à la maison. Pour nous, il n’y a donc aucune contrainte à penser golf 24/24. La gestion à 2 favorise la rapidité des échanges et sans aucun état d’âme.

Que préfère-t-il (ou elle) dans le golf ? 

Hélène adore discuter avec les joueurs. Elle est tout le temps très à l’écoute et aime « bien faire ».
Franck, c’est d’abord un joueur de golf et il aime partager sa passion. Il s’épanouit dans sa pratique, dans son enseignement et dans l’accompagnement en tournoi de ses différents sportifs. Ses passions : le sport, les résultats sportifs, et suivre les performances de sa fille sur le LET.

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

C’est un parcours dessiné par Michel Gayon sur une Île de Loire ; son environnement est extraordinaire sur un terrain sablonneux.
Notre trou préféré: le 12.
Pourquoi ? Venez voir ! Un magnifique par 3 qui donne sur la Loire.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

Donnez-vous à fond ! C’est formidable, le monde du golf est riche et passionnant mais il faut bien prendre conscience que c’est un travail chronophage. Il faut s’y préparer.
Pour notre part, nous sommes aussi très bien épaulés par Michel Cardin (le gérant du golf) et son petit-fils Thomas (pro-enseignant). On peut aussi dire notre adhésion à un réseau tel que « le Club-Golf » est aussi une richesse que l’on ne peut que conseiller : ses apports sont incontournables tant dans sa force de vente que dans sa force d’achat.


Florent et Laura : notre passion du golf vécue dès l’enfance nous a conduits à Bourges


Dernière étape cette semaine : Bourges dont le golf est dirigé par un jeune couple plein d’allant : Florent Lombard et Laura Théry ont baigné dans le golf dès l’enfance. Puis ils se sont rencontrés et ont décidé d’aller jusqu’au bout de leur passion en dirigeant un golf. Ce sera celui de Bourges, à seulement deux heures de Paris. Sur 75 hectares, ce golf offre des installations de qualité, un 18 trous où l’eau est souvent en jeu et un compact de 9 trous.

Florent et Laura nous ont confié leur vie de passionnés de dirigeants d’une golf.

Florent et Laura du Ugolf Bourges

Quelle est votre histoire avec le golf ?

Florent : J’ai découvert le golf à l’âge de 12 ans, et c’est de suite devenu une passion. Quand je n’étais pas à l’école, j’étais en train de jouer au golf. Plus tard, lors de mon orientation post-bac j’ai privilégié le golf pour faire un métier qui me plait avant tout. J’ai donc participé aux différentes formations mises en place par la FFGOLF : un DUT GEA à Nîmes puis une licence pro Management des métiers du Golf à Cholet. 

Laura : J’ai un profil similaire puisque j’ai démarré le golf un peu plus tard, à l’âge de 14 ans avec mes parents. Bonne joueuse, mais moins scolaire la formation proposée par la FFGolf m’a tout de suite parue évidente avec un système d’alternance pour entrer dans le monde actif rapidement. C’est lors de ces études que nous nous sommes rencontrés puisque nous avons suivi le même cursus.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Était-ce une évidence ?

Nous avions déjà un pied dans un golf lors de nos études qui se faisaient en alternance. Le directeur du golf nous a fait confiance pour travailler ensemble. C’était une première expérience avant de travailler ensuite chacun dans un golf différent sur Toulouse : La Ramée et Seilh. C’est enfin une opportunité avec la reprise de l’exploitation du golf de Bourges par UGOLF qui nous a amenés à travailler à nouveau ensemble avec un très beau projet de développement.

Quelles sont vos responsabilités respectives ?

Aujourd’hui, je suis directeur et Laura responsable de l’accueil et du proshop du Golf de Bourges.

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Difficile de dissocier les deux puisque c’est notre quotidien. Avec une activité qui fonctionne 7/7, l’un de nous deux est forcément présent sur site.
Cela se ressent aussi au sein de l’équipe avec un management plutôt familial.

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

Le Golf de Bourges possède un parcours 18 trous praticable toute l’année, apprécié par les golfeurs de passage pour la variété de son dessin.
Nous avons également un parcours compact très intéressant techniquement et de belles zones d’entrainement.
Même s’il n’est pas très long, le 18 avec sa belle pièce d’eau devant le green et le club-house est toujours un challenge pour finir son parcours sur une bonne note !

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

Être capable de se supporter 24 heures sur 24 ! 😊

Golf Planète
© Jean Lagarde