Le Club Golf

20 octobre 2021

L’HERITAGE WORLD CUP 2021

heritage world cup 2021 by villas valriche

La Slovaquie triomphe devant l’Espagne et la France. Vivez l’expérience Heritage World Cup By Villas Valriche.

Au sommaire, Le journal de bord et les interviewes de nos français Benjamin Mathieu et Richard Forster. Rendez-vous en Juillet 2022 pour la 6ème édition.



Vous voici dans le journal de bord de « LA » compétition. Mais, pas n’importe quelle compétition non, celle de la 5ème édition de L’Heritage World Cup (anciennement Amateur Golf World Cup). La France, très bien représentée par Benjamin Mathieu (1ère Série) et Richard Forster (2ème série), vient cette année encore en mission. En effet, la première place nous a échappé de près les deux années précédentes, place gagnée par le Japon. L’objectif cette année est simple, le podium mais surtout, mettre un terme à la suprématie japonaise. Spoiler c’est chose faite, la France bat le Japon en montant sur la 3ème marche du podium ! Des Slovaques au sommet (1er), des Espagnols surmotivés (2ème) auront eu raison d’un des (si ce n’est le) plus beaux parcours de l’Océan Indien. Niché au bord de mer, dans les premières vallées de la côte, le domaine Heritage Resort est bijou de beauté, de qualité mais surtout d’accueil. Avant de vous plonger dans ce récit de voyage, nous remercions chaleureusement toutes les équipes du Telfair Golf & Wellness Resort , Villas Valriche, et du Heritage Golf Club

Lundi soir, la température de l’île Maurice est chaude, agréable, accueillante à l’image de ses habitants. Les joueurs arrivent, vidés de plusieurs heures de vol. Les 15 nationalités s‘observent autour d’un mojito de bienvenu, l’ambiance est légère pour tous, émerveillés par le lieu inimaginable qui nous accueille. Les paupières ne tardent pas à s’alourdir pour tous les nouveaux arrivants, joueurs comme familles, amis, enfants…

Le soleil commence à chauffer l’océan Indien et les piscines du Telfair, tandis que les joueurs s’échauffent ce premier matin de compétition sur le practice au Heritage Golf Club.  L’ambiance semble légère d’extérieure mais il n’en est rien. C’est le premier jour, le tour de reconnaissance au combien important pour les compétiteurs, la seule opportunité de tenter d’apprivoiser ce parcours au combien difficile mais addictif. Nous les voyons partir avec l’excitation, le sourire, l’ambition dans le reflet de leurs yeux. Nous les avons vu revenir, le teint sombre, le regard épuisé par tous les mauvais coups, les pièges de ce parcours. Ils réalisent rapidement que cela va être plus complexe que prévu. Mais, la passion et la motivation brule encore très fort dans leurs yeux. C’est le soir même, lors de la cérémonie de bienvenue que nous avons pu le constater. Une cérémonie haute en couleur, dans un cadre historique que nous propose le Château, lieu emblématique pour Heritage.


Les équipes sont appelées une à une sur la scène, afin de se voir offrir le sac de golf de la compétition, avec le drapeau de leur nation. Certains ont le regard concentré comme l’équipe d’Allemagne, passionné comme Benjamin et Richard, nos représentants français (nos chouchous honnêtement), certains dansent comme l’équipe du Rwanda, et certains chantent comme les Polonais, venus à 16. La fête étant pourtant magnifique, ce n’est pas l’heure d’abuser du rhum local ou des ravioles indécemment délicieuses, au contraire. Il faut se conditionner pour le premier tour du championnat.

Premier tour de la compétition en stableford, une légère pluie s’invite à la fête, accompagnée de son grand ami et habitué de l’Île, le vent. La France se place 6ème derrière le Japon, nos grands rivaux (gagnants de 2 précédentes éditions). Un départ compliqué mais loin d’être mauvais pour nous. La Slovaquie prend déjà de l’avance en première place suivi de l’équipe d’Espagne 2021.

Deuxième tour de l’Heritage World Cup, et une journée très chaude invite les joueurs à s’affronter. C’est le second et dernier tour en stableford, et Richard, notre deuxième série française se place très bien dans le classement individuel en débutant au trou numéro 1 en 2ème. Fin de journée, la France grimpe directement à la 3ème place du classement général, creusant l’écart face aux 4èmes, le Japon. Le classement individuel est clos, le dernier tour étant en scramble. Le sort de Richard, jusqu’au lendemain, est scellé.

Le soir, l’ambiance s’allège, les liens d’amitiés se créent entre les pays. L’image des selfies entre les Polonais et les Ghanéens restera gravé en mémoire. Le soir, ce sont les Villas Valriche qui nous accueillent dans une superbe bâtisse. Prosceco, ambiance jazz, couché de soleil sur l’océan. Le cadre est idyllique pour les joueurs et leurs familles. Nous découvrons ce plan de construction dans les hauteurs, aves des vues imprenables sur le golf, l’eau à l’horizon, le vertige des grandeurs.

France – Japon, le duel de cette 5ème édition

3ème et dernier tour de la compétition amateur internationale en scramble, le véritable moment où la cohésion et l’esprit d’équipe fera monter les équipes au sommet. Dernière chance, dernière opportunité de réussir à dompter les fairways immaculés et les greens hyper rapides. Le parcours aura vraiment joué tous les tours possibles aux 34 joueurs de l’Heritage World Cup. Rien n’est joué jusqu’au 18ème trou lorsque tous les participants, familles, amis des joueurs viennent assister aux derniers coups des Slovaques contre les Espagnols. On assiste à des attaques agressives des Espagnols pour tenter d’aller attraper la première place, sachant que les Slovaques étaient au sommet. 2 balles dans l’eau en visant le eagle ou au moins le birdie. Les Français, eux, montrent leur efficacité et leur esprit d’équipe. Richard lui, met dans le trou une approche au pitch de plus de 130 mètres sur un des trous les plus compliqués. Il jette son club, saute dans les bras de Benjamin d’émotion. Un moment gravé dans l’esprit de notre français probablement à jamais.

L’heure est à la fête ce vendredi soir lors de l’annonce des gagnants. Certains n’ont plus l’espoir de gagner mais le cœur est chaud, épanoui d’être dans un cadre aussi beau pendant une semaine. Le regard de Richard est fixe, concentré lors de l’annonce des résultats en individuel. La troisième place, Michal Bizon, le Slovaque, deuxième place Guillermo Mestre pour l’Espagne. Benjamin a compris, sautille, secoue un Richard impassible, ne célébrant rien avant d’entendre réellement son nom de la bouche de Monsieur Merven, président de la fédération Mauritienne de Golf. L’annonce est là, le gagnant du classement individuel de deuxième série n’est autre que notre grand, notre fabuleux, Richard Forster, ayant touché le sommet tout au long de la compétition.  Notre duo nous aura fait vibrer et nous a décroché une très belle 3ème place. Merci beaucoup à eux, merci beaucoup à tous les joueurs de nous avoir fait passer une magnifique semaine sur les terres de l’Île Maurice. Nous célébrons tous ensemble jusqu’à tard, pour se dire au revoir. Beaucoup de liens se sont créés, des numéros de téléphone échangés. Beaucoup d’étreintes ce soir-là sont des témoins des amitiés générées à travers des pays à la culture différente, mais à la passion commune, l’amour de la balle blanche alvéolée.

La France – Une médaille de Bronze par équipe et un titre de champion du monde en individuel

Richard Forster – Champion du Monde 2ème série
Benjamin Mathieu – 3ème par équipe

INTERVIEW RICHARD FORSTER – Vainqueur individuel 2ème série, membre équipe de France 2021

Ca fait quoi de représenter la France ? un honneur et une chance à la fois . C’est presque incroyable. On y croit que lorsqu’on a les maillots et encore ! et même actuellement mes amis me demandent si je suis champion du Monde ? je n’ose dire oui ! d’ailleurs vous pouvez me le confirmer ???

Vous faisiez partie de l’équipe de France qui a disputé la semaine dernière l’Heritage World Cup à Maurice. Quels sont les moments les plus forts que vous retenez de ce tournoi ?
La cérémonie d’ouverture avec nos noms sur l’écran géant. Là on comprends que ça va commencer ( ca faisait 2 ans que la covid nous bloquait !)
Les départs avec l’annonce de nos noms pour l’EQUIPE de France. Le bon stress qui te fait bien jouer, et on joue à 2 il y avait un esprit d’équipe comme dans les sports CO.
Rien que les échauffements sur le practice, on était traité comme les pros. Les belles parties, et l’amicale courtoisie avec le Japon mais aussi avec la Cote d’ivoire avec qui ont reste déjà en contact et pour pourquoi pas se retrouver sur un parcours à mi-chemin ( je leur lance le défi en direct !!) !
La cérémonie de remise des prix où j’ai découvert que j’étais le vainqueur de la seconde série : donc champion du monde !

Vos souvenirs sont aussi sportifs : comment avez-vous joué ce beau parcours ? Vous avez même gagné le titre en individuel
Quel beau parcours bien préparé, quelle qualité de fairway ! Magnifique et je pense qu’il restera gravé dans ma mémoire pendant longtemps. Je revois chaque trou. Car avec mon coéquipier on l’a étudié lors de 2 parcours de reconnaissance.
J’aurai voulu mieux jouer, je pensais en être capable. Car le parcours est beau, large et long. On se laisse piéger facilement par 3 facteurs : l’ambition, le vent et les greens. Nous sommes à l’abris derrière la végétation et le vent en haut fait son effet. Puis les greens, en 2h, la roule change avec le soleil et le vent. Et s’il pleut on en revient à la casse départ immédiatement. Puis les pentes !!! Ah on les devine, on les voit, puis lorsqu’on putt nos certitudes disparaissent pour laisser une roule de balle bien rectiligne mais à coté du trou !

Quels sont les voeux pour la prochaine édition ? Que diriez-vous à des golfeurs francophones intéressés par participer à cette Héritage World Cup ?
Foncez lancez-vous ! vous risquez juste une bonne surprise.

INTERVIEW BENJAMIN MATHIEU – 3ème par équipe

Benjamin Mathieu : « une semaine inoubliable, une organisation parfaite, l’honneur de porter le drapeau français »

Benjamin Mathieu a 40 ans, enseigne le droit à l’Université et est avocat. Il joue au golf sur les parcours des Yvelines ; il est l’un des deux Français qui ont défendu nos couleurs tricolores à la finale de l’Heritage World Cup à l’Ile Maurice. Il nous parle de son expérience.

« Ce fut une semaine inoubliable ! Tout était parfait : l’organisation, le parcours, le ciel, la table, les relations entre joueurs de tous les pays, l’ambiance… Vraiment inoubliable. 

Mais revenons au début : avant d’arriver à Maurice, j’avais participé – un peu par hasard – à la première phase de qualification sur le golf de l’Isle-Adam puis aux qualifications régionales et enfin, à la finale sur le golf de Saint-Malo en octobre 2019. La pandémie a obligé les responsables à annuler la finale internationale prévue en juin 2020. Le Club Golf nous a alors adressé un message d’une élégance rare : le tournoi n’était pas annulé – ce qu’on aurait tous compris et accepté – mais simplement repoussé. 

Ce que je retiens de cette semaine ? D’abord l’excellence de l’ensemble. Le parcours était parfait du tee au green. L’entretien remarquable mettait en valeur un tracé comme je les aime, c’est à dire franc et varié. Le résultat se jouait souvent au deuxième coup : les attaques de green sur les par 4 constituent un vrai challenge et les options stratégiques sur les par 5 sont variées. Il faut ajouter à cela que le vent, souvent soutenu, pouvait compliquer chacun de ces coups. Les greens surélevés et souvent à plateaux offraient des pentes pas toujours faciles à lire mais leur qualité faisait qu’un bon putter était toujours récompensé. Pour couronner l’ensemble, les vues sur la mer et sur la nature tropicale étaient splendides…

Enfin, sachez que quand on porte le drapeau de la France sur son polo, on se prend au jeu : la pression et l’honneur sont au rendez-vous ! Être annoncé au départ du trou n°1 par le speaker comme « représentant la France », ça fait son petit effet : les jambes qui tremblent un peu mais aussi un immense plaisir. Du bonheur à l’état pur » .

© Louis Ravon pour le résumé et Jean Lagarde pour les interviewes

Golf Planète